La dysplasie du coude et de la hanche.

Caractéristique des chiens de grande race comme le bouvier bernois, la dysplasie est une affection qui vient de la laxité excessive de la tête fémorale au niveau de la cavité articulaire de la hanche. Même si les signes extérieurs ne sont pas les mêmes pour tous les chiens, les plus récurrents sont la boiterie postérieure, le galop en saut de lapin, la démarche chaloupée, la difficulté à se lever et les épaules plus larges que les hanches. Tout ce qu’il faut savoir sur la dysplasie de la hanche chez le bouvier bernois.

Le dépistage de la dysplasie chez le bouvier bernois.

Si le chiot ne présente aucun de ces symptômes, le dépistage par radiographie de la dysplasie ne se fera qu’à partir de 12 mois. Après, il faudra une lecture officielle effectuée par un lecteur de club de race. À noter qu’il faut éviter de faire une radiologie de la dysplasie coxo-fémorale à une chienne, 3 semaines avant ou après la période de chaleur parce que la laxité ligamentaire naturelle est susceptible de fausser les résultats.

Lecture de la radiographie : les stades reconnus en France

En France, il existe 5 stades de dysplasie qui sont le stade A (exempt), B (presque normal), C (léger), D (moyen) et E (sévère).

Pour les deux premiers stades (A et B), le chien n’est pas touché par l’affection tandis que le 3e stade (C) indique une dysplasie légère visible à lecture des radiographies et qui n’a pas besoin de traitement spécifique. Quant à la dysplasie moyenne D, les signes se verront vers 6 ou 7 mois avec un chiot qui boite après une longue promenade et qui ne se relève pas facilement après sa sieste. Après un traitement spécifique (trot ou nage) qui va servir à fortifier sa musculature, le chiot sera stabilisé et sentira moins les soucis d’articulations.

Pour un chien présentant les symptômes de la dysplasie E, une paralysie des pattes arrière surviendra tôt ou tard et il aura du mal à se relever parce qu’il fera beaucoup d’efforts au niveau de ses pattes avant.

Que faire pour prévenir la dysplasie chez le bouvier bernois ?

Pour éviter que vos chiots ne développent une dysplasie, commencez par choisir des parents qui ne présentent qu’un stade de dysplasie A, B ou C.

Il est donc formellement déconseillé de faire reproduire des chiens au stade D et E. Qui plus est, les risques de transmission génétiques sont amoindris en présence de 4 générations d’ascendants sans dysplasie. Il faut également bien surveiller l’alimentation des chiens parce qu’elle est liée aux problèmes osseux, surtout chez les chiens obèses. Enfin, il faut éviter les excès d’exercices physiques durant la première année pour prévenir les mauvaises constructions osseuses.

Laisser un commentaire